vendredi 30 mai 2014

Charlène de Monaco est enceinte !


OH MON DIEU ! Charlène et Albert vont être parents à la fin de l'année !!!
Félicitation !

Le communiqué de presse du palais est à lire sur Palais-Princier.mc

mardi 27 mai 2014

Grand Prix Classic de Fontainebleau

Info : Charlotte est attendue à la Rochette le 29
et 31 mai avec Rubins Quibelle (AM 1.20)
EDIT : Charlotte ne s'est présentée à aucun départ. Non-partant

Charlotte a participé au Grand Prix Classic de
Fontainebleau le jeudi 22 au dimanche 25 mai.


PHOTOS : Les images du concours sont disponibles
sur Photos-Equestres.com (merci à Sophie)

JEUDI 22 MAI 2014 
1.15 AM - 20e/34 (4 fautes) sur Tchintchin du Village - gain 0 euro
1.15 AM - 00/34 (non-partant) avec Costa Virgio
1.20 CSI 1* - 24/34 (8 fautes) sur Madison d'Olgy - gain 0 euro 
VENDREDI 23 MAI 2014 
1.25 CSI 1* - 00/60 (non-partant) avec Madison d'Olgy
1.20 AM - 16/93 (0 faute) sur Tchintchin du Village - gain 10 euros
1.20 AM - 80/93 (12 fautes) sur Costa Virgio - gain 0 euro
SAMEDI 24 MAI 2014 
1.20 AM - 43/88  (4 fautes) sur Costa Virgio - gain 0 euro  
DIMANCHE 25 MAI 2014  
1.25 AM - 31/67 (8 fautes) sur Tchintchin du Village - gain 0 euro
1.25 CSI 1* - 00/32 (éliminée) avec Madison d'Olgy - gain 0 euro

samedi 24 mai 2014

Interview de Charlotte Casiraghi par l'Officiel Paris


Le magazine L'officiel Paris consacre quelques pages à Charlotte et sa récente
contribution à la fondation de l'Art à l'enfance dont le MuMo (musée mobile) 
part à la rencontre des enfants du monde entier.



L'Officiel Paris : Vos artistes préférés ?Pomeline-Fizz
Charlotte Casiraghi : Les immenses peintres comme Matisse et Picasso, mais aussi des découvertes récentes comme Thomas Demand ou Thomas Schutte au Nouveau Musée national de Monaco. La surprenante Louise Bourgeois, le mystère chez Peter Doig avec sa façon de capter la nature, le monumental Anselm Kiefer pour ses tableaux saturés de matière, la puissance de l'épure chez l'architecte Tadao Ando. Cette liste est non exhaustive... 
Vos oeuvres d'art favorites ?
Le Sky Mirror d'Anish Kapoor, sur la place du Casino à Monaco. L'épave de la Ferrari de Bertrand Lavier dans le garage de la Villa Sauber à Monaco. Le Hahn/Cock de Katharina Fritsch, à Trafalgar Square à Londres. Les découpages de Matisse. Pomeline-Fizz
Votre premier souvenir d'art ?
Ma première visite, à l'âge de 6 ans, du musée d'Orsay et ma découverte des tableaux de Renoir. Des photos de Helmut Newton aussi. Pomeline-Fizz
Votre plus beau souvenir d'art ?Pomeline-Fizz
Mon premier voyage à Florence, les tableaux de Raphaël à la Galerie des Offices. 
Vos musées de prédilection ?
La Fondation Cartier, à Paris, pour ses expositions thématiques et ses soirées Nomades. Le Centre Pompidou, à Paris, pour une rencontre avec toutes les formes de la création artistique. La Tate Modern de Londres, pour ses expositions et installations temporaires. La Punta della Dogana Palazzo Grassi à Venise, pour un voyage artistique et architectural.Pomeline-Fizz
Et un musée monégasque ?Pomeline-Fizz
Le Nouveau Musée national, avec ses deux lieux : la Villa Paloma et la Villa Sauber. 
Les galeries que vous visitez régulièrement ?Pomeline-Fizz
Pour le design : Patrick Seguin et Jousse Entreprise, à Paris. Pour l'art comptemporain : Air de Paris, Gagosian et Esther Schipper à Berlin.  
Un mouvement de l'histoire de l'art ?Pomeline-Fizz
Le fauvisme.


D'autres photos de la soirée sont disponibles dans ce numéro de l'Officiel Paris.
Le Vanity Fair français avait aussi recueilli ses images de l'événement, à voir ICI 


(merci à anonyme)

mardi 20 mai 2014

Charlotte Casiraghi nouvelle égérie Gucci Cosmetics

Le site de l'Express relaie l'information publiée ce matin par le WWD. Charlotte Casiraghi a été choisie par Gucci pour présenter sa nouvelle collection de maquillage.  
Ce sont les photographes Mert Alas et Marcus Piggott, qui ont déjà collaboré avec Charlotte sur Forever Now, qui se chargeront du visuel de la campagne à découvrir dès septembre 2014.
Toujours selon l'Express, la gamme se composera de rouges à lèvres, fond de teint, fard à paupières et vernis à ongles. 
EDIT : D'après Purepeople c'est la maquilleuse professionnelle Pat McGrath, qui officie sur quasi tous les défilés de mode,  qui élaborera les produits. On apprend également que Caroline, la maman de Charlotte, la rejoindra sur la campagne.  
Un petit mot de Charlotte sur cette future collaboration : "J'apprécie énormément ma relation avec Frida (Giannini, directrice artistique de Gucci) depuis ces quatre dernières années et je suis heureuse de pouvoir retravailler avec elle. J'ai de l'admiration pour elle, à la fois en tant que designer, mais aussi en tant que femme forte et visionnaire".
EDIT II : D'après @Astridtaupincazenave la collection maquillage ne sera pas commercialisée en France...  

Voici le premier visuel de la collection beauté !


(sce : lexpress.fr - purepeople.fr - merci à anonyme) 

dimanche 18 mai 2014

Grand Prix Classic de Fontainebleau


Charlotte a participé à l'édition 2014 du GrandPrix
Classic ce vendredi, à Fontainebleau.


FONTAINEBLEAU - GRAND PRIX 
1.10 AM - 4e/51 (0 faute) sur Madison d'Orly - gain 36 euros
1.10 AM - 29/51 (4 fautes) sur Tchintchin du Village - gain 0 euro.
1.10 AM - 35/51 (5 fautes) sur Rubins Quibelle - gain 0 euro.  

GRAND PRIX CLASSIC
1.10 AM - 18e/76 (10 fautes) sur Madison d'Orly - gain 12 euros.
1.10 AM - 34e/76 (4 fautes) sur Tchintchin du Village - gain 0 euro.
1.10 AM - 39e/76 (7.5 fautes) sur Rubins Quibelle - gain 0 euro.

(merci à anonyme) 

dimanche 11 mai 2014

Interview sur Charlotte Casiraghi dans Point de Vue


Je suis retombée sur des archives enfouies dans mon disque dur. Dont cette interview que l'entraîneur de Charlotte, Thierry Rozier, a donnée au magazine Point de Vue en 2010. Ca date un peu mais je suis sûre que pour certains d'entre vous elle se révèlera inédite :) 
Bonne lecture !  


Depuis combien de temps entraînez-vous Charlotte Casiraghi ?
Je la connais depuis ses 14 ans. Au début, elle est arrivée chez moi avec Tempête, une petite ponette très mignonne, avec un excellent caractère contrairement à ce que laissait présager son nom. Charlotte s’est beaucoup amusée avec elle et comme tout se passait bien, nous nous sommes lancés dans la compétition Junior. A 16 ans, ce n’est pas simple parce qu’une jeune fille a des contraintes. Il fallait étudier. Comme elle est à 200% perfectionniste, cela l’absorbait beaucoup.  
Elle semble très consciencieuse…
Charlotte est très exigeante envers elle-même dans tout ce qu’elle entreprend : études, sport, métier. Elle craint toujours de ne pas en faire assez. Parfois je la voyais arriver, certaine qu’elle avait raté un devoir ou un examen. Je savais qu’en réalité elle avait fait des étincelles. Trois semaines plus tard, elle me donnait sa note et c’était évidemment formidable.
Pomeline-Fizz
Pendant son adolescence, quelle place tenait le cheval dans sa vie ?
Elle s’entraînait le mercredi, mais nous nous retrouvions surtout au moment des compétitions ce qui limitait les possibles. Après le bac, je l’ai vu de moins en moins jusqu’au moment où ses études l’ont contrainte à quitter le milieu du cheval. C’est une jeune femme brillante qui a fait une hypokhâgne et une khâgne. L’équitation est un sport à risque, difficilement compatible, lorsque l’on fait des compétitions, avec des études aussi prenantes. Surtout avec la pression qui pèse sur Charlotte. 
A quelle pression pensez-vous ?
Celle des médias. Je la comprends… A un niveau différent, j’ai ressenti cette pression. Parce que je suis le fils et le frère de très grands cavaliers. Dans le monde du cheval, le nom Rozier veut dire quelque chose et lorsque j’étais gamin, cela me torturait. J’avais peur de ne pas être à la hauteur… Alors imaginez ce que cela représente pour Charlotte ! 
Quand est-elle revenue à l’équitation ?
Je crois qu’elle n’a jamais cessé d’y penser. Après sa khâgne, elle est partie à Londres. De temps en temps, elle m’appelait pour que je l’aide à lui trouver un entraîneur là-bas. Je connais de nombreux professionnels avec qui elle était en contact, mais c’était encore très compliqué pour elle à l’époque. Enfin, il y a trois ans, j’ai reçu un coup de fil. Elle m’a dit : « Thierry, on repart ! ». Je lui ai demandé ce qu’elle voulait faire exactement, un concours de temps en temps ou plus. Elle m’a dit : « du vraiment sérieux ». 

Il faut quoi pour se lancer dans « du vraiment sérieux » ?
D’abord des chevaux ! Nous n’en avions pas. Il faut aussi pouvoir rentrer dans le circuit de concours très exclusifs. Il y a deux niveaux, celui réservé aux trente meilleurs cavaliers du monde avec quelques exceptions pour des sponsors et le très haut niveau ouvert aux amateurs. Nous avons décidé de commencer par là. Je me suis rapproché de Jan Tops (le mari d’Edwina Tops-Alexander), l’organisateur des Global Champion Tour qui lui a ouvert l’accès de ce championnat. Il lui a aussi prêté un premier cheval : GI Joe, un nom parfait pour repartir au combat ! Le premier concours a eu lieu en Espagne à Valence. Charlotte est rentrée enthousiaste, après avoir rencontré des gens extraordinaires, des professionnels. Ils l’ont considérée comme Charlotte, point. Pas comme une princesse, pas comme une Casiraghi. Elle a pu être elle-même : c’était parti.


Et sa participation au Gucci Masters ?
Virginie Couperie, avec qui je suis très ami et qui est l’ambassadrice du Gucci Masters, rêvait que Charlotte participe au concours. Gucci est, en outre, le sponsor de Charlotte. 

A-t-elle des chevaux à présent ?
Oui. Troy et Tintero. Ils ont 10 et 11 ans, de l’expérience, un bon mental. Troy et Tintero sont parfaits pour quelqu’un qui n’est pas un professionnel du cheval. Ils ne se laissent pas impressionner. Ils savent pardonner les petites erreurs, ils sont généreux et acceptent la pression que ressent un cavalier amateur, quel que soit son talent, lorsqu’il est en compétition avec les meilleurs du monde. 

Comment les avez-vous trouvés ?
Avec Jan Tops. Nous avons essayé de nombreux chevaux tous les deux avant de les montrer à Charlotte. C’est son instinct qui a ensuite primé. Elle en a refusé certains et choisi ces deux-là. Plus nous travaillons, plus son envie de gagner et sa confiance grandissent.
Pomeline-Fizz
Qui s’occupe de ses chevaux ?
Un groom s’en occupe et les accompagne pour les concours qui impliquent de nombreux déplacements. Je m’occupe aussi de la logistique. J’aime beaucoup l’accompagner, être au paddock, regarder les meilleurs. Nous étions à Bruxelles la semaine derrière, ce week-end à Paris, puis nous partons pour Genève. Nous avons aussi passé une semaine à Rio pour une compétition organisée par Athina Onassis. 

Quelle comparaison faites-vous entre ces deux cavalières ?
Elles sont très différentes. Athina ne vit que pour le cheval depuis des années. Elle n’a jamais été tentée par autre chose. Son mari aussi est un grand professionnel. Ils partagent une même passion pour ce métier. 

Les chevaux actuels de Charlotte peuvent-ils l’emmener loin ?
Ils peuvent aller déjà à un certain niveau et tourner ensemble pendant trois bonnes années avant que leur âge ne pose problème. 

A-t-elle un cheval favori ?
Non. Elle est très à l’aise sur les deux qui n’ont rien à voir. Je trouvais important qu’elle ne soit pas dépendante d’un type de monture, d’où la nécessité d’avoir deux expériences très distinctes. Charlotte peut monter un cheval chaud comme un cheval à qui il faut, au contraire, donner de l’impulsion.

dimanche 4 mai 2014

Article indisponible

Nous avons supprimé cette communauté à la suite d'une demande légale. Si vous le souhaitez, vous pouvez prendre connaissance de cette réclamation à l'adresse suivante : LumenDatabase.org.